Conférence 2012
------
Dernières nouvelles
"Le mystère du capital" d'Hernando De Soto sous le feu de la critique
Le réchauffement climatique présente-t-il des avantages?
Gaz de schiste aux États Unis: trois raisons de se réjouir
Gérer les forêts et Parc Nationaux américains dans un contexte de crise ...
Pour sauver les océans...comment échapper à la Tragédie du libre accès ?
Philosophie verte: comment penser sérieusement l’avenir de la planète
“L’eau entre règlementation et marché”, sous la direction de Max Falque
Inondation : la faute à la politique, pas au climat !
Harmoniser la liberté, l’écologie et la prospérité en 2014
Le gaz de schiste aux Etats Unis.....une nouvelle ruée vers l’or ?
Max Falque sur l'écologie de marché
“Ecologie et immigration: même rhétorique ?”
Bonne année 2014
Faut-il brûler les stocks d'ivoire pour sauver les éléphants ?
“Est-ce que la destruction des stocks d’ivoire sauve véritablement les é...
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
"Le mystère du capital" d'Hernando De Soto sous le feu de la critique

Le 12 avril 2014 - Cet ouvrage publié en anglais en 2000 et traduit en 2002
(Flammarion) a connu un succès remarquable au niveau mondial  et a
inspiré des efforts pour introduire les droits de propriété au
service du développement économique et à la lutte contre la
pauvreté. L'article de Paul van der Molen fait le point sur les critiques dont
cet ouvrage a fait l'objet, essentiellement  de la part des
universitaire. Pour autant il apparait que les solutions proposées
par De Soto sont valables sous réserve que les gouvernements les
insèrent dans une politique globale de développement et de bonne
gouvernance. Les droits de propriété formels ou informels ne sont pas
la potion magique mais sans eux rien n'est possible. Ceci est aussi
le cas pour la protection des ressources environnementales.

Max Falque





event.details
 

Le réchauffement climatique présente-t-il des avantages?

Le 19 mars 2014 - Sous le titre "The Growing Benefits of a Warmer World", Sterling
Burnett constate que le changement climatique, au cas où il se
pousuivrait peut avoir des avantages en termes économiques et de
santé publique notamment par l'extension des surfaces agricoles et
de sa productivité. Cette position apparemment paradoxale rejoint les constatations de
l'historien Leroy-Ladurie. Lutter à tout prix contre le changement climatique est-il 
raisonnable ? La question mérite d'être posée!

Max Falque






event.details
 

Gaz de schiste aux États Unis: trois raisons de se réjouir
Le 15 mars 2014 - Dans son article du 5 mars Gary Libecap de PERC « Three cheers for Fracking » fait le point sur la position des Etats Unis. Au moment où la France s'inquiète et refuse non seulement l'exploitation mais aussi l'exploration du gaz de schiste il est intéressant de savoir pourquoi les Américains ont accepté cette technique et ont de bonnes raisons de s'en féliciter:

- Tout d'abord pour la première fois depuis 1940 les Etats Unis sont devenus les plus gros producteurs d'hydrocarbures, dépassant l'Arabie Saoudite et la Russie, partenaires peu coopératifs.…

- Ensuite ils sont sur le point de devenir exportateur de gaz, relocalisent leurs industries lourdes grosses consommatrices d’énergie, améliorent leur balance du commerce extérieur. La croissance économique gagne un point et le chômage recule.

- Enfin ils diminuent leurs émissions de gaz à effet de serre dans la mesure où le gaz naturel est deux fois moins polluant que le charbon.

Si l’opinion américaine accepte l’exploitation des gaz de schistes c’est notamment en raison du régime de la propriété privée du sous-sol qui permet aux ayant droits de participer aux bénéfices et facilite les actions en justice en cas de nuisances. Pour autant dans la mesure ou l’Etat Fédéral possède plus du tiers du territoire, ces espaces ne pourront être vraiment utilisés que sous réserve d’une modification législative à laquelle s’opposent des groupes « verts »
Max Falque event.details
 

Gérer les forêts et Parc Nationaux américains dans un contexte de crise budgétaire du gouvernement fédéral
Le 4 mars 2014 -Dans deux études John Baden et Randall O'Toole constatent que la réduction drastique des budgets menace la gestion de plus de 30% du territoire des États Unis. Ils proposent de substituer à une gestion politique et bureaucratique calamiteuse la mise en place de "Fiduciary Trust", une institution de la Common Law qui a fait ses preuves depuis quatre siècles. En un sens, il s'agit d'étendre et systématiser au domaine public la pratique des quelques 2000 "Land Trusts" associatifs. Le National Trust for England and Wales apparait comme une institution mieux adaptée au contexte européen où la propriété publique est beaucoup moins importante.

Max Falque event.details
 

Pour sauver les océans...comment échapper à la Tragédie du libre accès ?

Le 23 février 2013 - Sous le titre "New management is needed for the planet's most important common resource" The Economist fait référence à Garrett Hardin pour mettre en évidence que la haute mer (au dela de la ZEE des 200 miles) est le plus grand espace en libre accès (Commons) de la planète et qu'à ce titre il est en voie de détérioration.

Trois mesures à prendre :
- supprimer les quelques $ 35 milliards de subventions à la pêche,

- rendre obligatoire le registre mondial des navires de pêche,

- multiplier les réserves marines au delà des ZEE nationales.
La multiplication des administrations spécialisées pour la gestion de ressource spécifiques aboutit en fait à ce que personne ne se soucie des océans dans leur ensemble. Le Traité de la mer, laborieusement négocié dans les années 1970, doit être renforcé pour prendre en compte les risques, nottamment l'acidification et la pollution. Une Organisation Mondiale de la Mer doit être mise en place sous l'autorité des Nations Unies.
En définitive si le concept de cadastre marin peut contribuer à gérer les conflits des zones submergées littorales une grande politique publique mondiale s'impose pour gérer la haute mer.

event.details
 

Philosophie verte: comment penser sérieusement l’avenir de la planète
51QJhuRsfAL._SY445_Le 12 février 2014 - Rares sont les philosophes dignes de ce nom qui se sont penchés sur les problèmes environnementaux. En France Luc Ferry a ouvert la voie en soulevant la colère des militants l’écologie politique tandis qu’à l’opposé Michel Serre se noyait dans une critique confuse de la propriété.
Nous disposons désormais d’un maitre ouvrage (457 p.) d’un des plus grand philosophe contemporain du monde anglo-saxon Roger Scruton, dont l’œuvre mériterait sa traduction en français.

Le message central de “Green Philosophy, how to think seriously about the planet” est que les thèmes environnementaux ont été pris en otage par la gauche politique mais qu’en fait les concepts de droite sont incomparablement plus à même de résoudre les problèmes: les droits de propriété, l’échange marchand la responsabilité individuelle , la décentralisation et l’amour du son territoires sont des valeurs bien plus efficace que le socialisme et sa confiance naïve dans l’action brouillonne des pouvoirs publics.

Cet ouvrage renverse la charge de la preuve et nourrira la réflexion de ceux qui de plus en plus nombreux pensent que les politiques environnementales actuelles combinent inefficacité, gaspillage de ressources économiques et atteintes à la liberté et la responsabilité.

Une feuille de route précieuse, magnifiquement rédigée à lire par tous ceux qui cherchent à échapper au politiquement correct écolo!

Max Falque event.details
 

“L’eau entre règlementation et marché”, sous la direction de Max Falque
Le 29 janvier 2014 - L’Agence de l’eau RMC et l’ICREI viennent de publier un nouvel ouvrage réunissant les contributions de 16 auteurs français et étrangers discutant les possibilités d’utiliser les droits de propriété et le marché pour la gestion qualitative et quantitative des ressources en eau. Cet ouvrage de 312 p. est préfacé par P. F. Ténière-Buchot, ancien gouverneur du Conseil Mondial de l’Eau et postfacé par M. Guespereau, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. event.details
 

Inondation : la faute à la politique, pas au climat !

Le 22 janvier 2014 - Alors que les inondations font à nouveau la une de l'actualité, beaucoup trouvent dans les "dérèglements climatiques" le coupable tout trouvé. En réalité c'est bien plus l'assurance des constructions en zones inondables qui est la cause de ces catastrophes, comme le montre Max Falque dans deux articles : Xynthia, une catastrophe plus politique que naturelle  et Inondations : des bonnes intentions aux effets pervers.



event.details
 

Harmoniser la liberté, l’écologie et la prospérité en 2014
Le 16 janvier 2014 - John Baden est un des pionniers de l’écologie libérale (Free
Market Environmentalism) au même titre que Richard Stroup, Terry Anderson, Fred
Smith, R.J. Smith... Fondateur et directeur de de la Foundation for Research on
Economic s and Environment-FREE  il a su conjuguer réflexion (se référant
également à G. Hardin et E. Ostrom) et diffusion des idées.

Dans le court texte ci-joint en guise de programme pour 2014
il rappelle notre première rencontre en 1985 et le rôle qu’il a joué dans la
création de l’ICREI, sa participation à deux de nos neufs conférences
internationales à Aix et l’importance et la difficulté de faire passer des idées
par le canal de l’écriture face à la concurrence des média
électroniques. Il ouvre la voie à une gestion entrepreneuriale des espaces
naturels dont le fameux Yellowstone National Park. Il est certain que sans des personnalités comme John Baden la
protection et la gestion de l’environnement  aux Etats Unis serait réduite
à l’Ecologie Politique  sectaire et au tout règlementaire (Command and
Control).

Max Falque





event.details
 

Le gaz de schiste aux Etats Unis.....une nouvelle ruée vers l’or ?
Le 4 janvier 2013 - The Economist du 21 décembre 2013 publie un excellent et long article comparant comparant la ruée vers l’or des années 1850 en Californie à celle actuelle concernant le gaz de schiste en Dakota du Nord. Les conséquences sociales et économiques sont comparables. On notera que les populations locales sont favorables à l’exploitation dans la mesure où elles bénéficient directement et indirectement des retombées économiques qui participeront au développement durable à long terme. .... comme cela fut le cas pour la Silicon Valley. “ Le boom de la fracturation est sur le point de transformer l’Amérique en le plus grand producteur de pétrole et de gaz, dépassant la Russie et l’Arabie Saoudite .... en 2020 il participera à 4% du PNB et aura créé 1,7 millions emplois, beaucoup plus que ce que pourrait fournir l’industrie automobile”... event.details
 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
 top